Réforme de la compétition : beaucoup de gagnants, peu de perdants

La réforme de notre compétition nationale de volleyball réserve pas mal de bonnes surprises aux équipes. En effet, cet été verra beaucoup d’équipes qui montent, et peu d’équipes qui descendent. C’est un résultat heureux de l’évolution vers la structure piramidale des séries.

Chez les hommes nous aurons

  • 1 équipe qui monte en Ligue A (contre 0 descendant)
  • 2 équipes qui montent au niveau 2 (contre 1 descendant)
  • 10 (!) équipes qui montent au niveau 3 (contre 1 descendant)
  • 24 (!) équipes qui montent au niveau 4 (contre 3 descendants)

Chez les dames la suprématie des montants est si possible encore plus grande

  • 1 équipe qui monte en Ligue A (contre 1 descendant)
  • 4 équipes qui montent du niveau 4 au niveau 2 (contre 4 descendants au niveau 3)
  • 20 (!) équipes qui montent  du niveau 4 au niveau 3 (contre 0 descendant)
  • 21 (!) équipes qui montent au niveau 4 (contre 4 descendants)

Tant pour les hommes que pour les dames, il n’y aura pas de descendants du niveau 5.  Visitez vite men end of season et women end of season afin d’apprendre où votre équipe doit terminer pour monter.

Au centre de toute la réforme en cours, le niveau 3 (l’actuel NAT 1). Voici les details pour ce niveau.

Réforme de la compétition : vers une structure pyramidale

À partir de la saison 2019-2020, la compétition belge de volleyball évolue vers une structure pyramidale. La transition fluide entre la base et le sommet assure un haut niveau de jeu à tous les niveaux de la compétition. La réforme renforce également la coopération entre Volley Vlaanderen et la Féderation Volley Wallonie-Bruxelles.

Lisez le communiqué pour plus d’information.